Hangzhou et le puits du dragon

Encore une grosse ville chinoise, au moins sept millions d’habitants, Hangzhou est une des destinations touristiques les plus réputées du pays. Cette ville est énormément appréciée par les chinois car trois critères importants y sont réunis : la montagne, l’eau et les loisirs de la ville.
Le lac de l’Ouest qui longe Hangzhou au sud-ouest, fut chanté par de nombreux poètes et vantés par les empereurs. Ce lac a occupé durant des siècles une place privilégiée dans l’imaginaire chinois. Il est vrai qu’entre les montagnes  et Hangzhou, ce lac offre de très beaux paysages. Mais sous le flot continu de touristes à pied, en petit train et en barque, retrouvons-nous le charme d’autrefois?
Toutefois j’ai le sentiment d’une chouette ville qui a laissé les collines environnantes non pas à l’état sauvage mais s’épanouir en une belle campagne accueillante, à même pas deux heures du centre ville.

(Voir la page sur l’introduction du thé en Chine).
Sur les hauteurs, au sud du lac de l’Ouest, le village de Longjing (littéralement « puits du dragon ») produit le thé du même nom. Longjing est un village charmant, rempli de salons de thé et entouré bien sûr de champs de théiers.
Le thé Longjing que j’ai apprécié est doux, sans amertume.

Après avoir grimpé sur les hauteurs de la vieille ville nous nous  arrêtons dans un salon de thé, sur le modèle du Sichuan. Il est investi par des personnes âgées, quelques uns jouant aux cartes dehors, d’autres au go et à l’intérieur d’autres encore au mah-jong, l’atmosphère est bon enfant. Notre tasse de thé vert entre les mains, les joueurs bruyants à coté de nous, nous sommes séduits par ces cris de gaietés et empruntons à notre tour un jeu de go. Certains chinois s’arrêtent pour nous regarder jouer, complimentent mon adversaire le plus souvent d’un large sourire et repartent. D’autres plus curieux discutent avec nous, dont un monsieur de 66 ans qui nous fait la morale sur notre supposé tabagisme d’autant plus  qu’il a  lui- même abusé du tabac pendant plus de trente ans, mais ce qu’il dit est vrai, le message est avant tout pour notre santé. Et le maitre des lieux, plus bavard, m’entretient longuement. Je n’arrive pourtant pas à le brancher sur le thé, j’ai le sentiment que pour lui boire le thé est naturel, bien plus intéressé  par mon origine, mes activités.  Nous passons donc quelques heures ici et avec un petit regret, nous reprenons notre chemin.

05/08/2010

Une Réponse pour “Hangzhou et le puits du dragon”

  1. Redigé par Alexis:

    Tu te gaves sur les fotos. J’ai hate de se faire le briefing du voayge sur le balcon avec un pti verre et une clope. Bonne continuation.