Un chinois albinos

Un chinois albinos,

Assis, seul au bord de l’eau.

Un flot continu d’étudiants passe,

Tout près de lui, l’ignore, aucun regard tourné vers lui.

Alors que je frôle son à coté,

On ne cesse de me jeter des regards enthousiasmés.

L’apparence, tantôt repoussante, tantôt attirante.

Mais qui est-il vraiment?

Pourquoi ma blancheur attire, alors que sa pâleur repousse.

Personne, même pas moi, ne va à sa rencontre,

Découvrir son histoire, son conte.

La forme de son teint, cause de sa solitude,

Cela accroit en son sein,

Je peux le voir, la tristesse par son attitude.

06/07/2010

Comments are closed.